En cours de lecture
Des ardoises de qualité inégalable !

Des ardoises de qualité inégalable !

En Corrèze, les Pans de Travassac, une ardoisière unique en Europe, invite à découvrir dans un paysage spectaculaire le métier d’ardoisier et ses gestes ancestraux inchangés depuis le XVIe siècle sont façonnés ici des ardoises de qualité inégalable qui couvrent le toit de l’abbaye du Mont-Saint-Michel ou encore, depuis peu, celui du château de Hautefort.

Sur le chantier ardoisier du site historique des Pans de Travassac, Thierry, abrité sous une paillote, façonne l’ardoise avec des gestes ancestraux. Il utilise ici un taillant pour mettre en forme une ardoise puis la percer.
La technique de pose de l’ardoise de Travassac est dite à pureau dégressif, le pureau étant la partie apparente de l’ardoise. Ces ardoises mesurent de 20 à 38 cm. Les plus longues seront posées sur la partie basse du toit, les plus petites sur la partie haute.

Le très dépaysant site évoque immédiatement un décor de film d’aventures : on déambule à travers les Pans, d’immenses falaises de quartzite alignées, dont certaines atteignent jusqu’à 60 mètres de hauteur et 300 mètres de longueur. Composés de roches inexploitables, les Pans séparaient les larges tranchées créées par l’homme pour extraire le schiste ardoisier. Ces immenses parois subsistent toujours de nos jours et composent cet incroyable décor modelé par l’homme. C’est à l’aube du XVIe siècle que débute l’exploitation des sept filons ardoisiers de deux kilomètres de longueur de Travassac. L’ardoise extraite ici possède des qualités exceptionnelles : elle est étanche avec moins de 2 % de porosité, inaltérable, résistante à la flexion, et sa longévité dépasse les 300 ans. Son étanchéité a longtemps empêché les hommes de creuser profondément pour l’extraire car l’eau s’accumulait.

Des tranchées étaient réalisées entre les pans pour extraire l’ardoise. Plusieurs siècles d’extraction du schiste ardoisier ont complètement modifié le paysage.
Des perces (trous) étaient réalisées par les ouvriers dans les parois de quartzite, roche dure et inexploitable, afin d’accéder plus rapidement au filon attenant.

Dès la fin du XIXe siècle, l’arrivée de l’électricité permit l’utilisation de pompes à eau et aussi de treuils. Les ouvriers pouvaient ainsi descendre dans les puits creusés pour extraire les blocs de schiste ardoisier et les remonter. Au début du XXe siècle, les Ardoisières Bugeat étaient l’une des entreprises qui exploitait alors le site, dirigée par le grand-père de Jean-François Bugeat, actuel propriétaire des Pans de Travassac et des Ardoisières de Corrèze. La guerre puis le déclin progressif des ardoisières en France, dû à la concurrence et à l’arrivée des matériaux composites, entraîneront la fermeture progressive des ardoisières du village en 1981.

L’installation de rails sur le site permettait d’acheminer les ardoises dans des wagonnets jusqu’aux différents chantiers. Les cabanes au toit de chaume ont été reconstituées à l’identique de celles qui existaient au début du siècle dernier.

Seule la famille Bugeat continue à perpétuer la tradition. Pour faire naître une ardoise, les blocs de roche délimités par des failles naturelles sont détachés de la paroi à l’aide d’un explosif soufflant pour ne pas les pulvériser. Le fendeur débite d’abord les gros blocs de schiste ardoisier en répartons (petits blocs) – c’est l’étape du rebillage. Vient ensuite celle du clivage où l’ardoisier, après avoir analysé les morceaux de schiste, sépare les feuilles brutes d’ardoise à l’aide d’un burin et d’un marteau. Les ardoises sont ensuite taillées puis percées afin de pouvoir être fixées sur les toits.

Thierry taille une ardoise afin de lui donner sa forme définitive, ronde, carrée ou en ogive. Elle sera ensuite percée pour être fixée sur les toits avec un clou en cuivre ou en Inox. Lors des restaurations, les ardoises tombées à cause de clous rouillés sont nettoyées et retaillées avant d’être reposées et peuvent durer encore deux siècles grâce aux clous actuels qui ne rouillent plus.

Ces étapes nécessitent expérience et dextérité et ne peuvent pas être mécanisées, les blocs étant différents les uns des autres. L’ardoisier doit tenir compte également de la sonorité de la roche, en la tapant avec son marteau afin d’évaluer son degré de porosité et de constater les défauts éventuels. Des démonstrations en plein air sont réalisées, sur un chantier installé au coeur des Pans de Travassac par les ardoisiers qui travaillent le reste du temps en contrebas pour exploiter la suite du filon La Fayotte, avec les mêmes techniques ancestrales et les mêmes outils mais mieux abrités, le chauffage en plus.

Autrefois, une forge était installée sur place ; de nos jours, les outils sont forgés une fois par an par les ardoisiers. Les outils sont toujours les mêmes et n’existent pas dans le commerce.

La moitié de la production des ardoises de Travassac orne les monuments historiques. Laurence, qui travaille sur le site précise : « Nous avons travaillé sur le chantier du Mont-Saint-Michel entre 2000 et 2016. Nous avons fourni des ardoises pour l’abbatiale, notamment, et le réfectoire des moines. 1 500 m2 d’ardoises ont été nécessaires uniquement pour la toiture de l’abbaye. » Une grande fierté pour toute l’équipe de cette entreprise familiale.

©Reportage, texte & photos : Corinnes Schanté-Angelé

Cet article vous a plus ? Découvrez la poterie de Dominique, une productrice d’épis de faîtage !

Haut de page
cookie