En cours de lecture
À la découverte des globes terrestres artisanaux de Gaël

À la découverte des globes terrestres artisanaux de Gaël

Il y a plusieurs globes disposés sur deux étagèes

PORTRAIT GAËL GABOREL
CREATEUR DE GLOBES TERRESTRES ARTISANAUX

« Tout a commencé le jour où mon fils a voulu faire un globe, cela devait nous prendre un week-end mais il a fallu finalement deux ans de travail pour réussir à en faire un correctement ! »

Responsable d’un pôle de recherche et développement dans l’aéronautique, baigné depuis toujours dans l’univers scientifique, il profite il y a 3 ans, d’un congé sabbatique pour développer sa fibre artistique et se consacrer à plein temps, pendant deux ans, à la création de globes terrestres. Il met au point sa technique de fabrication après de nombreux essais et lance OrbisTerrae, marque de globes terrestres uniques et personnalisables, fabriqués de manière artisanale.

Gael lance en l'air un de ses globes terrestres

Un nouveau monde en globes terrestres

À Cognac, Gaël Gaborel façonne avec patience et dextérité des globes terrestres artisanaux, uniques et personnalisables, composés de matériaux naturels.

Dans l’atelier, des globes aux coloris subtils s’exposent sur des étagères, d’autres attendent patiemment sur le plan de travail les dernières finitions. Il aura fallu deux ans à Gaël pour mettre au point sa technique de fabrication et obtenir un globe parfait et durable. Pour créer la forme, il utilise uniquement des matières naturelles :

« un composite fait de plâtre de haute qualité renforcé par une toile »

Il dispose actuellement de deux types de moules, des contenants demi-sphériques en métal lui permettant de créer des globes de 22 et 36 cm.

personnaliser un globe en peignant le logo du festival de musique Cognac Blues Passion.
Gaël est en train de personnaliser un globe en peignant le logo du festival de musique Cognac Blues Passion. Ce globe de 36 cm sera exposé du 4 au 8 juillet, avec un plus petit de 22 cm, lors de ce festival. Il sera possible de les commander.
Les différentes couches nécessaires pour les nuances souhaitées à la fabrication des globes terrestres
Étape très délicate : la mise en couleur des cartes se fait à la main, à l’aquarelle. Plusieurs couches sont nécessaires pour obtenir les nuances souhaitées et les effets de profondeur. Le papier est certifié sans acide pour une conservation optimale.

Pour fabriquer la base des globes terrestres, il doit d’abord réaliser deux demi-sphères. Une première couche de plâtre est déposée dans le moule puis des morceaux de toile de jute sont ajoutés et enduits de plâtre. Après séchage, le tout est démoulé. Gaël s’attelle ensuite aux finitions et élimine, à l’aide d’une fraiseuse, les imperfections des bordures.

Les matériaux nécessaires pour la fabrication des globes terrestres : plâtre fin et morceaux de toiles de jute
Une des étapes de fabrication du globe avec des matériaux naturels, du plâtre fin et des morceaux de toile de jute.

Deux demi-sphères identiques sont ensuite assemblées par collage puis poncées afin de parfaire la forme. Après avoir réalisé la base, il crée les cartes du planisphère sur ordinateur à partir de données cartographiques mises à jour régulièrement. Celles-ci sont ensuite imprimées en noir et blanc sur un papier certifié sans acide.

« Je découpe en bandes rectangulaires ce planisphère puis je donne une forme d’amande aux fuseaux grâce à un logiciel que j’ai rédigé. »

des globes terrestres de petite taille est positionné devant deux autres globes plus grands
Deux formats de globes sont proposés. Il faut compter entre 600 et 1 000 € pour ceux de 22 cm et 1 500 à 2 000 € pour ceux de 36 cm. Gaël espère créer prochainement des globes de plus grande taille.

De nombreux tests ont dû être effectués afin de pouvoir sélectionner un papier ayant des caractéristiques semblables à ceux utilisés autrefois par les anciens fabricants de globes : un papier se déformant sans faire de plis, sans se déchirer, pouvant épouser parfaitement la forme de la sphère et être peint à l’aquarelle. Il fallait également que celui-ci résiste au temps et ne jaunisse pas. L’ordre de collage est très précis et l’erreur n’est pas permise :

« J’ai pris l’habitude de coller le premier fuseau au niveau de la ligne de changement de date et ensuite de progresser vers l’est jusqu’au tour complet. Je dois arriver exactement au 10e de millimètre à l’endroit d’où j’ai commencé. »

Après le collage des cartes, suivent les étapes de la mise en couleur à l’aquarelle et de la pose d’un vernis protecteur puis du séchage. Touche finale et personnelle, Gaël applique de la feuille d’or au niveau des pôles et de l’équateur :

« L’or capte la lumière et je voulais me démarquer de ce que faisaient les autres fabricants. »

Les différentes couleurs pour les cartes : noir, jaune,vert et rouge
Étape très délicate : la mise en couleur des cartes se fait à la main, à l’aquarelle. Plusieurs couches sont nécessaires pour obtenir les nuances souhaitées et les effets de profondeur. Le papier est certifié sans acide pour une conservation optimale.

Les coffrets et les socles de ses globes terrestres sont fabriqués par des artisans locaux. La manufacture Pégée, à Angeac, spécialisée dans la fabrication de coffrets en bois pour le cognac s’est chargée des écrins des globes. Ceux-ci sont marqués au fer chaud avec le logo d’OrbisTerrae. Tiphaine Prou et Valentin Gillet, ébénistes de la société Dream à Barbézieux, ont façonné les socles. Chaque globe de Gaël est unique. Les cartes sont réalisées sur mesure et les couleurs sont choisies par le client. Il est possible de demander à Gaël de faire rajouter sur le globe le trajet d’un voyage, un lieu précis ou encore une illustration. Les possibilités de personnalisation sont multiples.

Une main tient la feuille et l'autre dessine la carte pour fabriquer des globes terrestres

Corinne Schanté-Angelé

Cet article vous a plu ? Venez découvrir le reportage de Delphine et ses jolies dioramas en boite !

Haut de page
cookie